Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

Psychanalyse

Actualité de la psychanalyse, psychanalyse actuelle mais aussi fondements de la psychanalyse, sont les thèmes qui alimentent cette rubrique.

Un corps inhabité

Notre corps est notre lieu de résidence … terrestre.

Dans la représentation dualiste de la vie humaine, la personne est séparée en deux parties : le corps, et l’esprit. L’essentiel est l’esprit, le corps n’étant qu’un lieu de passage. Dans la religion chrétienne, adossée à ce principe dualiste, la vie sur terre est considérée comme une transition au cours de

corps
René Magritte – The Pilgrim

laquelle le corps humain souffre en attendant la mort, laquelle contient la promesse de rencontrer un idéal. La vraie vie serait ailleurs, dans un au-delà beau et parfait à l’image de la représentation divine.

L’esprit de l’homme européen, judéo chrétien, est fortement structuré par la force de cette conception de la vie. Bien que l’idéal divin soit devenu caduc, et que la pratique religieuse se soit considérablement affaiblie, il est probable qu’un modèle idéal, issu du modèle divin, continue de structurer nos perceptions, de nous mettre en tension. Or la place de ce modèle, jadis extérieure, voire extra-extérieure, a basculé en interne, l’idéal est en soi. Ainsi, chirurgie esthétique, diététique, pratiques corporelles seraient les formes modernes de rédemption dans la souffrance ou la discipline de soi, comme si le corps devenait un nouvel objet de religion, en vue d’atteindre une représentation idéalisée de lui-même.

Lire la suite

Interdire

En décembre 2016, l’actualité législative française a été marquée par un étrange débat: une résolution visant à interdire la psychanalyse dans le soin des enfants autistes était soumise à l’Assemblée Nationale.

Paula Modersohn-Becker, Mädchenbildnis, 1905
Paula Modersohn-Becker, Mädchenbildnis, 1905

L’autisme est une pathologie extrêmement complexe qui prend autant de formes différentes que de personnes atteintes, et le handicap qui y est souvent associé en dépend.  Ce qui caractérise toujours  la personne autiste ou « avec autisme » est un trouble de la présence et de la relation: elle ne parvient pas à s’identifier à l’autre ni à se voir dans la relation avec les autres. Les degrés de ce trouble varient et l’interaction avec une personne autiste est plus ou moins possible, mais toujours étrange.

Depuis plusieurs décennies, les recherches tant sur la compréhension des origines de l’autisme que sur les modes de soin et d’accompagnement se multiplient et se complètent. L’incompréhension qui demeure nécessite la plus grande humilité, et à complexité de pathologie doit répondre souplesse et complexité de soin. Le pronostic dans la prise en charge des personnes avec

Lire la suite

Mentir

Il y a deux façons de mentir : mentir par omission c’est-à-dire ne pas dire ce que l’on sait d’un fait qui concerne l’autre, et mentir par déformation, en déformant délibérément la réalité pour ne pas dire ce que l’on sait. Les deux formes sont proches et se croisent puisque pour ne pas dire ce qu’il sait, le menteur est bien souvent amené à déformer la vérité.

Dans les deux cas, mentir a à voir avec le fait de dire.

Il existe de nombreuses sortes de mensonges, dont ceux que l’on pourrait nommer « fondateurs » en ce qu’ils ont trait aux événements fondateurs d’une vie : la filiation, la naissance, la mort, les liens de sang, ces moments qui engagent le corps, ces temps forts d’une vie où le psychique se noue à sa charpente corporelle.

Ces mensonges cachent une vérité fondamentale à celui qui est trompé, une vérité qui touche aux fondements de son être.

Lire la suite

Vous avez dit « Transfert »…

Pour qui s’interroge sur l’opportunité de consulter un psy et d’entreprendre une psy quelque-chose, risque de venir se faufiler un terme qui à première vue n’aurait pas grand chose à faire dans cette affaire : le transfert.

transfert en psychanalyse
Transfert – © web

Qu’est-ce au juste que le transfert dans une psychanalyse ?

Il s’agit effectivement d’une histoire de transport, de mouvement, de circulation et de flux. Mais ce qui est transporté dans l’espace de la relation thérapeutique est d’ordre immatériel, et surtout d’ordre psychique : il s’agit de conduites, d’attitudes et d’affects déjà en place chez son propriétaire et lui étant spécifiques.

La caractéristique essentielle de ces phénomènes importés est d’appartenir à la sphère inconsciente des protagonistes. Aussi s’invitent-ils dans le processus relationnel sans y être forcément conviés et peuvent-ils le déranger, le perturber, voire le détruire.

Lire la suite

Ecrire une psychanalyse ?

Que peut-on dire d’une psychanalyse, lorsqu’on en a fait l’expérience ? Peut-on la transmettre, restituer le vécu d’une cure, témoigner de ce qu’est la psychanalyse in vivo ?

Et surtout, peut-on l’écrire ?

Ecrire - Photo MPSD
Ecrire – Photo MPSD

Ceux qui s’y sont essayé, écrivains, psychanalystes, ont-ils réussi à rendre compte de ce processus si particulier, qui les a entrainés dans une relation à la fois intime et toujours distante avec cette personne devenue familière tout en restant totalement étrangère : leur psychanalyste ? Ces écrits ont-ils permis à ceux qui ignorent les subtilités d’une cure analytique, tout en étant tentés par l’aventure, de se faire une idée plus précise du processus dans lequel ils vont s’engager ?

Ecrire la psychanalyse est une aventure à risque, celui de dévoiler trop d’intimité comme celui de rester totalement abstrait ; ou encore celui de n’écrire qu’un roman de genre autobiographique.

Lire la suite

Le personnage

En analyse, dans le temps de la séance, l’horizontalité du divan, se déploie une parole, se rassemblent les éléments d’une histoire, en adviennent d’autres jusqu’alors insoupçonnés, autant de souvenirs lointains qui affleurent à la mémoire et entrainent l’analysant à reconstituer la trame de son existence. Ainsi devient-il l’auteur d’un récit.

scène de théâtre
Odéon Théatre de l’Europe – Devillard

Mais d’un récit qui parle de qui ?

Inévitablement d’un certain nombre de personnes.

Parmi ces personnages, figures atemporelles, ou, au contraire éphémères, croisées au détour d’une situation, êtres d’importance variable, réels ou imaginés, fantasmés ou éprouvés, parmi ces silhouettes plus ou moins familières, il en est une qui occupera son récit plus que toute autre : son propre personnage.

Mais pour autant quel est ce personnage qui est moi et dont je parle en analyse ? S’agit-il de la personne que je suis actuellement, ou de cette autre que j’ai été, que je serais, que j’aurais pu être ? Personnage qui pourrait ne pas être tout à fait moi… ou personnage qui s’installe dans mon récit malgré moi, me destituant de la maîtrise du langage, venant parler par devers moi. Un personnage qui n’en ferait qu’à sa tête et ferait fi des directives de son metteur en scène.

Lire la suite

Pulsion de vie

250px-Eros_bobbin_Louvre_CA1798

La psychanalyse souffre-t-elle d’avoir été inventée à la fin du 19ème siècle et d’avoir régné pendant une grande partie du 20ème siècle ?

Elle est sans conteste marquée du sceau de son découvreur, Sigmund Freud.

Il faut savoir garder l’essentiel de sa découverte. Il faut savoir aussi débusquer dans ses écrits ce qui s’inscrit dans une époque, dans un courant de pensée plus large, très contextuel ou tout simplement subjectitf c’est à dire lié à Sigmund Freud lui même.

Lire la suite

Il était une fois

La Recherche du Temps perdu - © MPSD
La Recherche du Temps perdu – © MPSD

Au cours d’une psychanalyse, une large part du temps des séances est consacré à une remémoration de faits, d’impressions, de scènes, appartenant au passé. Souvent ils ont été oubliés. Mais la méthode analytique, issue de la vieille méthode de l’hypnose, consiste à les faire revenir à l’esprit.

Se souvenir est un des aspects fondamentaux du processus analytique. Freud le découvre lorsqu’il invite ses premières patientes hystériques à raconter l’histoire de leur douleur, le roman d’un corps souffrant sur lequel aucun médecin n’a pu poser de diagnostic. La douleur organique se révèle attachée à un événement du passé. Le corps parle et le sujet met des mots sur ses maux. Alors les mots soulagent, guérissent…

Lire la suite

La psychanalyse n’est pas adaptative

spip

La psychanalyse n’est pas adaptative

Quelle bonne idée de rappeler ou de nommer ce qui consiste à décharger les entreprises de leur responsabilité morale dans le mal être de leurs salariés, tel est le sujet d’un article du Monde du 24 janvier 2016.

Tout n’est pas psy, comme on pourrait dire tout n’est pas permis.

Le constat de la désorganisation, du cynisme, qui existe dans les entreprises n’est pas remis en cause. Mais l’inflation de termes comme « burn out », « pervers narcissiques », pour désigner, soit l’écrasement moral de certains, soit l’incurie agressive d’autres, permet d’éviter une remise en cause profonde des objectifs d’une entreprise.

Lire la suite

Editorial – Janvier 2016

images

Ce blog se veut une vitrine d’une psychanalyse contemporaine, actuelle, vivante et en mouvement.

La psychanalyse est née au tournant du XIX° et du XX° siècle du fait d’un homme, Freud, qui a su entendre combien le monde conservateur dans lequel lui-même et ses patients vivaient, pouvait les affecter. La psychanalyse est toujours de son temps, elle n’a pas vocation à s’immobiliser dans une doctrine établie.

Le monde actuel connaît une évolution rapide et brutale, ce qui n’exclut pas de pouvoir le penser sans le rejeter ni prôner un retour en arrière. Notre époque est marquée par des évolutions technologiques et scientifiques sans précédent, mais qui ne remettent pas en cause l’existence de l’inconscient et de ses manifestations. Les découvertes de la psychanalyse il y a cent ans, font partie de notre savoir commun au XXI° siècle.

Lire la suite