Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

cure analytique

Temporalité

Le confinement a bousculé le rapport au temps. Qu’est-ce que deux mois dans une vie entière ? Si peu de temps en fait, mais ces deux mois là s’inscrivent de façon différente dans la chronologie habituelle. Ils pèsent !

Le caractère inédit de cette période, la soudaineté avec laquelle elle s’est imposée, a été imposée, l’effet de surprise engendré, ont déjà et continueront d’avoir des retentissements sur la vie collective et sur la vie psychique. A ce temps d’arrêt succède le temps de vacances, temps suspendu habituel, connu, mais dont la venue dans cette temporalité particulière, bouscule une large part de nos repères.

Le travail du psychanalyste, celui qu’il accompagne dans chaque cure de chaque patient, a maille à partir avec la temporalité, car il a à voir avec l’histoire. Une cure se situe toujours dans cet espace du présent en rapport avec le passé et l’avenir, elle vise, à (re)construire l’histoire singulière de l’analysant, afin de reconstituer une trame solide et pérenne qui lui donne ancrage et sécurité. Un peu comme un tisserand qui, sur son métier à tisser, retendrait les fils de sa toile avant que de pouvoir y broder des motifs.

Le confinement a-t-il causé des trous dans la trame ? Petits trous de mite comme ceux que l’on découvre à la fin d’un été, ou béances plus larges, de l’ordre de celles que causent les traumatismes ? Ces réponses viendront plus tard. Pour l’instant la période en est à remettre en marche le métier à tisser. C’est à cela que les psychanalystes se sont affairés dans l’entre-deux de ces deux temps d’arrêt. Après le confinement, avant les vacances : réinstaller les conditions de l’analyse. En commençant par eux-mêmes qui ont, pour leur grande majorité, bricolé un dispositif analytique « à distance » en recourant à l’usage du téléphone ou d’outils vidéo. S’y remettre n’allait pas de soi car la résistance, processus bien connu, à l’œuvre à chaque retour de vacances, voire de week-end, était elle aussi inédite, éclectique, et de large ampleur. Patient et analyste se sont retrouvés pris dans les mêmes conditions de suspension et de reprise, de confinement et de déconfinement, de résistance et de mouvement.

La subtilité de la remise en marche des cures, la nécessaire attention à leur singularité et spécificité selon chaque patient, associés à une forme de fatigue psychique inédite, sont des vécus partagés par nombre de collègues. Il semble aussi que nous ayons réussi à réinstaller nos cabinets, pas seulement en y insérant des protections sur nos divans, mais en réinstallant les conditions du travail psychique. Pas tout à fait comme avant cependant, quelque chose est changé, sans que l’on sache vraiment ce qui est modifié. Un je-ne-sais-quoi, infinitésimal et fondamental, qui concerne avant tout le psychanalyste, la psychanalyse, parce que l’histoire collective est modifiée en même temps que l’histoire individuelle de chaque analyste comme de chaque analysant.

C’est ce que nous découvrirons au fil du temps. Après les vacances !

Unpsydanslaville

Pas de recette pour se connaître

A l’occasion du Salon du livre, qui a fermé récemment ses portes, une enquête sur la lecture en France, et sur les achats de livres par catégories a mis en évidence une forte progression des ventes d’ouvrages de développement personnel et de psychologie. Cette progression nous interroge.

L’étude du sociologue Nicolas Marquis[1] sur les lecteurs de livres de développement personnel est intéressante à plus d’un titre. En deça de la simplicité des propos tenus dans ces ouvrages, ce qui accroche le lecteur est qu’ils lui parlent de lui : tous se reconnaissent, chacun peut puiser des pistes pour lui-même et se dire « c’est tout à fait moi », « cela me correspond tout à fait ». Etre nommé par autrui, se reconnaitre dans un quelconque inventaire à la Prévert de symptômes et conmportements, présente sans aucun doute des aspects réconfortants en suggérant et assurant qu’à tel ou tel malaise, sentiment, affect, des réponses existent.

En outre ces livres prônent la responsablité de chacun, la possibilité de s’en sortir seul, se prendre en charge, dans une société où l’autonomie et l’individualisme sont des valeurs hautement prisées.

Lire la suite

La « magie lente »

Cette magie lente[1] est une pièce de théâtre de Denis Lachaud, et son titre aurait été inspiré à l’auteur par une phrase de Freud « la psychanalyse est une magie lente ». De psychanalyse, il est en effet question pendant l’heure et quelques minutes que dure le spectacle, et dans cet intervalle qui ne contiendrait au mieux que deux séances se déroule en accéléré l’essentiel d’une cure.

Au festival d’Avignon, dans la touffeur de juillet, la pièce faisait salle comble et l’on se demande ce qui a poussé le public à venir entendre les mots crus, la violence d’un propos hors norme, un texte sans concession. Est-ce la fascination qu’exerce encore la psychanalyse, ou bien l’actualité intemporelle d’une histoire de viol d’enfant, ou encore la performance d’un comédien[2] qui semble à chaque minute jouer sa propre peau ? Sans doute tout cela à la fois.

Lire la suite

La condition de sujet

La cure psychanalytique est une expérience de la parole, un lieu et un temps au cours desquels une personne vient mettre des mots sur ce qu’elle vit, mettre en mots ce qu’elle ressent. Ces mots tissent son histoire, lui permettent de se l’entendre dire, la comprendre… Et par cette expérience unique se reconnaît en celui qui parle, celui qui peut dire JE, le sujet. Elle en constitue sa singularité.

dire – © Ben

Celui, ou celle, qui a fait l’apprentissage de ce dire à la première personne, de sa parole singulière, saura penser les expériences de sa vie selon lui-même, trouver des réponses qui lui conviennent, appréhender des situations nouvelles sans crainte. Il aura accès à sa manière propre d’utiliser le langage.

Ce qui nous sert à dire les choses c’est le langage. Il est d’une certaine façon au service de notre parole, au service de notre pensée. Mais que se passe-t-il lorsque le langage prend le dessus,

Lire la suite

Schizo

schizo
Pomme, orange, ou les deux ?

Parano, mytho, nympho, j’hallucine …. le langage courant pioche dans le vocabulaire de la psychiatrie pour illustrer,  plutôt sur le ton de la légèreté, comme avec un sourire, nos petits travers quotidiens et ceux de nos collègues, voisins, cousins. Ces termes sont couramment utilisés pour souligner une tendance, bien éloignée de la maladie mentale et qui ne porte pas à conséquence : celle avec laquelle nous composons, lucides et résolus à admettre que nous portons tous une part de « petite folie ».

Il est cependant un terme qui connait un tout autre destin : celui de schizophrénie. En même temps que le trouble psychiatrique a été médiatisé par quelques faits divers de malades devenus dangereux en phase aigüe de délire, phénomène pourtant si rare, l’association a été vite faite entre schizophrénie et dangerosité.

C’est un comble

Lire la suite

Ecrire une psychanalyse ?

Que peut-on dire d’une psychanalyse, lorsqu’on en a fait l’expérience ? Peut-on la transmettre, restituer le vécu d’une cure, témoigner de ce qu’est la psychanalyse in vivo ?

Et surtout, peut-on l’écrire ?

Ecrire - Photo MPSD
Ecrire – Photo MPSD

Ceux qui s’y sont essayé, écrivains, psychanalystes, ont-ils réussi à rendre compte de ce processus si particulier, qui les a entrainés dans une relation à la fois intime et toujours distante avec cette personne devenue familière tout en restant totalement étrangère : leur psychanalyste ? Ces écrits ont-ils permis à ceux qui ignorent les subtilités d’une cure analytique, tout en étant tentés par l’aventure, de se faire une idée plus précise du processus dans lequel ils vont s’engager ?

Ecrire la psychanalyse est une aventure à risque, celui de dévoiler trop d’intimité comme celui de rester totalement abstrait ; ou encore celui de n’écrire qu’un roman de genre autobiographique.

Lire la suite