Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

adolescence

No future

Un personnage de roman à l’unisson du désenchantement social, c’est ainsi que se présente le héros de « Sérotonine »[1], le dernier livre de Michel Houellebecq. Portrait d’un homme désabusé, désespéré, nostalgique des amours perdus, aux prises avec un avenir barré, ce faux héros ferait la synthèse de l’homo capitaliste du début du XXI° siècle : angoissé et déprimé de vivre dans un monde d’incertitudes. Car l’environnement qu’il décrit est aussi désenchanteur et désenchanté que lui-même : monde d’inquiétudes et d’angoisses sociales, économiques, politiques, replié sur lui même et haineux. Les colères ne semblent plus pouvoir le sauver.

Seule la vie amoureuse apporterait de la joie à cette vie sans saveur, mais pour celui-là qui nous est conté tout est définitivement trop tard.

De cette peinture d’une époque, d’une société inquiète et désenchantée, le lecteur en reconnaîtra la familiarité : c’est sans doute cela qui dérange dans les romans de Houellebecq, cette manière trop précise, trop crue, de nous narrer notre environnement. Nous pourrions oublier trop vite que la littérature n’engage que son auteur. Le personnage et son cadre ne sont que pure fiction, mais comme toute fiction elle puise ses sources dans le réel.

Lire la suite

Les désensibilisés

La violence, celle des Dieux, de la nature, comme la violence humaine, ont de tout temps été représentées par les hommes, soit sous forme d’images fixes comme la peinture et la sculpture, soit dans le discours, avec la littérature, le théâtre. Cette fixité première des images empêchait toute confusion avec la réalité. A la fin du XIXème siècle, avec l’invention du cinéma, la projection d’images animées suscite tout d’abord un mouvement d’effroi tant elles paraissent réelles, et sèment la panique chez les spectateurs.

Les moyens techniques actuels permettent que des images soient diffusées dès l’instant de leur prise de vue, et ce à l’échelle mondiale. Et le spectateur doit se demander si ce qu’il voit est bien réel, tout en subissant une distorsion de sa perception de l’espace et du temps. La diffusion mondiale et en direct des  images des attentats  du 11 septembre 2001 est le point de départ d’un vacillement collectif et individuel : que nous montrent les images ? Réalité ou imaginaire ? Vrai ou faux ?

Lire la suite

Ne pas être dupes ?

Théories du complot

Bien que nous vivions à une époque où jamais dans l’histoire de l’humanité l’accès à la connaissance, au savoir et à l’information n’a été aussi facile et ouvert à tous, les théories les plus contraires à l’état de nos connaissances font florès.
Comment se fait il que près de 20% de la population, dont une bonne part d’adolescents, croit à ces théories ?
Plusieurs hypothèses peuvent être posées :
La transmission des savoirs et des connaissances se fait depuis tout temps grâce, et au moyen, de la parole d’un autre dépositaire de l’autorité : le chef de tribu, le sage, les parents, les professeurs etc…
L’accès à un « savoir » désincarné via internet manque d’une composante essentielle à la transmission : le détenteur du savoir reconnu, l’auteur en chair et en os du discours. Il est alors possible que tous les discours se vaillent et qu’aucun ne soit digne de confiance. Autrement dit, il ne s’agit plus de se poser la question : qui croire ? Elle s’inverse en « que croire ?» ?

Lire la suite

Le temps qui passe

« Le temps qui passe » est celui qui nous permet de reconnaître que nous avons un passé, une histoire qui s’écrit, se dit. C’est cette perception qui nous autorise à nous projeter dans un avenir que nous aurions à construire. Au sortir de l’enfance, nous commençons à apercevoir que le temps existe et qu’il passe. L’enfant comprend qu’il est mortel. C’est un temps d’angoisse.

le temps qui passe
le temps qui passe

Nous vivons une époque où la temporalité s’est modifiée. Le passé importe peu, l’avenir est incertain ou anxiogène, seul le présent vaut pour ce qu’il est.

Or, la psychanalyse nous apprend que c’est grâce à notre appréhension du temps qui passe que nous pouvons commencer à nous raconter une histoire : notre histoire, par un retour sur nous-même.

A ne vivre que dans un présent, au jour le jour,

Lire la suite

Adolescente en questions

attention ..fragile
attention ..fragile

L’adolescence est une période de la vie faite d’incertitudes, de grandes déceptions, de frustrations, mais aussi d’exaltations, de grands combats, d’intransigeance ; pour les garçons comme pour les filles.

Cette période de la vie à notre époque s’allonge dans le temps et maintient ces jeunes dans une post-adolescence inconfortable. Certains, peu nombreux, sont attirés par les discours de Daesh et risquent de se fanatiser. A rebours des discours islamophobes, généralisants, Dounia Bouzar[1] insiste dans ses travaux pour dire que les jeunes dont elle s’occupe viennnent de tous les milieux sociaux et de toutes les origines.

Ces questions ne sont peut être pas suffisamment entendues, relayées.

Qu’est ce qui, dans le discours de Daesh, touche plus précisemment les adolescents et en particulier les adolescentes?

Lire la suite

Unpsydanslaville s’engage contre la cyberviolence

Nous sommes intervenues le 7 avril dernier dans un collège sur le thème de la violence sur les réseaux sociaux. Nous avions été invitées par l’organisation « Respect Zone » dont l’objet est la lutte contre la cyberviolence.

Les organisateurs avaient choisi de faire intervenir un professeur de philosophie et des psychanalystes.

Nous pouvons faire deux constats :

  • La psychanalyse est une référence théorique pour la compréhension des mouvements propres à l’adolescence et à la haine.
  • La haine est « re-devenue » un sujet d’actualité et nous ne serons jamais trop nombreux à tenter de lui faire barrage.

L’enjeu a été de transmettre à des adolescents de classe de 3° un message explicite sur leurs difficultés : nous avons forgé ce message à partir notre connaissance théorico-clinique de la psychanalyse. A leurs applaudissements, nous avons entendu qu’il était passé.