Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

Unpsydanslaville

Le blog unpsydanslaville est le projet de deux psychanalystes qui souhaitent partager auprès d’un large public, une dimension actuelle et vivante de la psychanalyse.

En nous saisissant d’interrogations soulevées par les évolutions du monde contemporain, au travers de faits sociaux, culturels, politiques… et en prenant appui sur nos corpus et nos pratiques, nous publions des textes qui se veulent le reflet de ce processus d’écoute spécifique à la psychanalyse. 


Sentiment religieux et féminin

Après les attentats de 2015, après la période de sidération qui a suivi, puis le temps des interrogations, des recherches, des publications, sont venues des interrogations sur l’amont du phénomène de la «radicalisation». Que recouvrait cette appellation généralisatrice de « jeunes radicalisés », ou plutôt, dans cette catégorie politiquement pratique, qui étaient ces jeunes au singulier.

Pourquoi certains adolescents, nés dans des familles non musulmanes, se convertissaient à l’Islam puis ensuite, parfois rapidement, quittaient le territoire et s’envolaient pour Istanbul et ensuite prenaient la route vers la Syrie.

Au travers du phénomène de conversion à une religion peut-on se demander quelle importance subjective va prendre une conversion, quelle trace l’expérience du sentiment religieux laisse-t-elle dans la « radicalisation » ? Il y aurait dans la rencontre avec le sentiment religieux et la conversion qui lui fait suite, à la fois énigme et question.
A partir d’entretiens avec des mères concernées par le départ d’un de leurs enfants pour le djihad, une recherche universitaire a vu le jour. Elle s’appuie sur les récits de ces mères, récits de ruptures dans la filiation et l’affiliation par la conversion religieuse puis le départ pour le djihad. Ces ruptures révèlent de véritables fantasmes matricides inconscients.

Lire la suite

Démocratie et féminin

La décision de la Cour Suprême américaine de supprimer le droit à l’avortement nous plonge, comme tant d’autres, autant dans la colère que dans l’effroi. Effroi face à la régression annoncée sur la place des femmes dans la société, que ce soit en Afghanistan, en Inde, maintenant aux USA, encore et encore les velléités de réduction du libre-arbitre des femmes, le contrôle sur leurs vies et leurs corps, persistent, voire se renforcent. L’humanité ne devrait-elle être organisée que selon cette modalité de domination de l’homme sur la femme ? Ne devrait-elle connaitre que l’ordre phallique, et patriarcal ? Quelques juges, essentiellement des hommes blancs, riches, vieux, investis d’une position de pouvoir arbitraire pour ne pas dire usurpée, nous rappellent malheureusement que cet ordre domine.

A propos de cette décision, un éditorialiste écrivait qu’elle était un signe de plus de l’affaissement de la démocratie aux USA, laquelle est mise à mal dans notre pays également. Les régimes autoritaires écrasent tout ce qui pourrait représenter le féminin et en premier lieu les femmes, alors que la démocratie occidentale contemporaine, dans la continuité du Siècle des Lumières et de la révolution française, favorise la représentation et l’expression des femmes.

Lire la suite

Guerre et illusion

A l’heure de l’évènement littéraire que représente la publication de « Guerre » de Céline, texte retrouvé et mémoire d’une guerre que l’on a dit Grande et pensé dernière, une autre guerre nous menace. Pourquoi de nouveau une guerre, pourrait-on se dire ? Aurions-nous oublié qu’elle est inhérente à l’humanité, qu’elle l’occupe sans discontinuité ? Pendant des décennies elle a œuvré loin de notre univers occidentalo-centré et la voici qui revient en Europe, là, tout près.

Le monde occidental se croyait en paix pour toujours, à l’instar de celui qui a précédé la première guerre mondiale, période d’une grande richesse intellectuelle, technologique, artistique, économique. Le temps d’une guerre et d’une pandémie (la grippe espagnole), ce monde d’hier que décrivait Stephan Zweig, a disparu. Une autre pandémie, puis une guerre dont on imagine qu’elle ne fait que commencer, auront-elles raison de notre monde ?

En 1915, Freud écrivait : « Et voilà que la guerre, à laquelle nous ne voulions pas croire, fit éruption et apporta la … désillusion ». L’illusion est d’oublier que l’être humain est par essence ambivalent, il est bon ET mauvais, et il est soumis à des pulsions ambivalentes : celles de vie et celles de mort. Mais l’illusion est aussi indispensable et se révèle comme le ressort de la créativité. Freud était fondamentalement pessimiste sur la nature humaine et sa conception du monde s’en ressent. Quelques années après Freud, Winnicott, d’un tempérament plus optimiste, voit dans l’illusion un phénomène indispensable dans la construction d’un espace de créativité.

Lire la suite

INSCRIVEZ-VOUS POUR RECEVOIR NOS NOUVELLES PUBLICATIONS

Avis aux lecteurs

Par éthique, nous ne répondrons pas, par le biais de ce blog, aux questions touchant à des problématiques personnelles.