Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

Unpsydanslaville

Le blog unpsydanslaville est le projet de deux psychanalystes qui souhaitent partager auprès d’un large public, une dimension actuelle et vivante de la psychanalyse.

En nous saisissant d’interrogations soulevées par les évolutions du monde contemporain, au travers de faits sociaux, culturels, politiques… et en prenant appui sur nos corpus et nos pratiques, nous publions des textes qui se veulent le reflet de ce processus d’écoute spécifique à la psychanalyse. 


Pas de recette pour se connaître

A l’occasion du Salon du livre, qui a fermé récemment ses portes, une enquête sur la lecture en France, et sur les achats de livres par catégories a mis en évidence une forte progression des ventes d’ouvrages de développement personnel et de psychologie. Cette progression nous interroge.

L’étude du sociologue Nicolas Marquis[1] sur les lecteurs de livres de développement personnel est intéressante à plus d’un titre. En deça de la simplicité des propos tenus dans ces ouvrages, ce qui accroche le lecteur est qu’ils lui parlent de lui : tous se reconnaissent, chacun peut puiser des pistes pour lui-même et se dire « c’est tout à fait moi », « cela me correspond tout à fait ». Etre nommé par autrui, se reconnaitre dans un quelconque inventaire à la Prévert de symptômes et conmportements, présente sans aucun doute des aspects réconfortants en suggérant et assurant qu’à tel ou tel malaise, sentiment, affect, des réponses existent.

En outre ces livres prônent la responsablité de chacun, la possibilité de s’en sortir seul, se prendre en charge, dans une société où l’autonomie et l’individualisme sont des valeurs hautement prisées.

Lire la suite

No future

Un personnage de roman à l’unisson du désenchantement social, c’est ainsi que se présente le héros de « Sérotonine »[1], le dernier livre de Michel Houellebecq. Portrait d’un homme désabusé, désespéré, nostalgique des amours perdus, aux prises avec un avenir barré, ce faux héros ferait la synthèse de l’homo capitaliste du début du XXI° siècle : angoissé et déprimé de vivre dans un monde d’incertitudes. Car l’environnement qu’il décrit est aussi désenchanteur et désenchanté que lui-même : monde d’inquiétudes et d’angoisses sociales, économiques, politiques, replié sur lui même et haineux. Les colères ne semblent plus pouvoir le sauver.

Seule la vie amoureuse apporterait de la joie à cette vie sans saveur, mais pour celui-là qui nous est conté tout est définitivement trop tard.

De cette peinture d’une époque, d’une société inquiète et désenchantée, le lecteur en reconnaîtra la familiarité : c’est sans doute cela qui dérange dans les romans de Houellebecq, cette manière trop précise, trop crue, de nous narrer notre environnement. Nous pourrions oublier trop vite que la littérature n’engage que son auteur. Le personnage et son cadre ne sont que pure fiction, mais comme toute fiction elle puise ses sources dans le réel.

Lire la suite

Filiation – Affiliation

Être fille ou fils de… petite-fille ou petit-fils de… Appartenir à une famille, une classe, un groupe, une communauté… sont autant de points d’ancrage de notre identité, de la reconnaissance de nous-mêmes tant à nos propres yeux qu’à ceux d’autrui.

Parfois la filiation est difficile à porter tant elle apparaît comme un insigne trop visible et embarrassant : la passé douteux d’une famille, un secret sur la naissance, un milieu social ou une nationalité … Comment faire alors pour trouver sa propre identité, se détacher de liens qui entravent, même symboliquement ? Freud évoque un souvenir honteux [1]: lors d’une promenade avec son père, ce dernier croise un homme qui, d’un geste violent, fait tomber son chapeau et lui demande de descendre du trottoir : le père s’exécute. Freud a gardé le souvenir de son père humilié tout au long de sa vie. C’est sans doute pour le jeune Freud la première rencontre avec la réalité de l’antisémitisme de la fin du XIXème siècle. Tout au long de son œuvre, la question de son identité juive est présente, de manière voilée. Elle sera plus visible dans le texte qui sera publié en 1938 [2]que l’on peut lire sous l’angle d’une critique virulente de l’antisémitisme. Il est aussi un questionnement sur son identité de juif, de sa filiation. L’œuvre de Freud serait-elle portée par la nécessité intime de réfléchir à cette identité ?

Lire la suite

INSCRIVEZ-VOUS POUR RECEVOIR NOS NOUVELLES PUBLICATIONS

Avis aux lecteurs

Par éthique, nous ne répondrons pas, par le biais de ce blog, aux questions touchant à des problématiques personnelles.