Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

Psychanalyse

Actualité de la psychanalyse, psychanalyse actuelle mais aussi fondements de la psychanalyse, sont les thèmes qui alimentent cette rubrique.

La vie psychique ne saurait être confinée

D’un confinement à l’autre les mobilités et immobilités s’engagent différemment. Autant la première décision de confinement nous a saisi collectivement d’un mouvement de sidération, voire d’effroi, autant cette nouvelle édition laisse de la place à la circulation, tant physique que symbolique.

Il y a là une tendance rassurante à observer non pas comme éventuel signe de velléités de désobéissance, mais davantage comme maintien de notre capacité désirante. Il en va de la nature même du désir humain, lequel ne saurait être confiné. Et même si les obligations d’enfermement contraignent tout sujet quant à l’expression et la mise en œuvre de son désir, sa vie psychique, affective, émotionnelle reste en mouvement. En son for intérieur, le sujet reste libre de ne pas céder aux injonctions.

Lire la suite

Temporalité

Le confinement a bousculé le rapport au temps. Qu’est-ce que deux mois dans une vie entière ? Si peu de temps en fait, mais ces deux mois là s’inscrivent de façon différente dans la chronologie habituelle. Ils pèsent !

Le caractère inédit de cette période, la soudaineté avec laquelle elle s’est imposée, a été imposée, l’effet de surprise engendré, ont déjà et continueront d’avoir des retentissements sur la vie collective et sur la vie psychique. A ce temps d’arrêt succède le temps de vacances, temps suspendu habituel, connu, mais dont la venue dans cette temporalité particulière, bouscule une large part de nos repères.

Le travail du psychanalyste, celui qu’il accompagne dans chaque cure de chaque patient, a maille à partir avec la temporalité, car il a à voir avec l’histoire. Une cure se situe toujours dans cet espace du présent en rapport avec le passé et l’avenir, elle vise, à (re)construire l’histoire singulière de l’analysant, afin de reconstituer une trame solide et pérenne qui lui donne ancrage et sécurité. Un peu comme un tisserand qui, sur son métier à tisser, retendrait les fils de sa toile avant que de pouvoir y broder des motifs.

Le confinement a-t-il causé des trous dans la trame ? Petits trous de mite comme ceux que l’on découvre à la fin d’un été, ou béances plus larges, de l’ordre de celles que causent les traumatismes ? Ces réponses viendront plus tard. Pour l’instant la période en est à remettre en marche le métier à tisser. C’est à cela que les psychanalystes se sont affairés dans l’entre-deux de ces deux temps d’arrêt. Après le confinement, avant les vacances : réinstaller les conditions de l’analyse. En commençant par eux-mêmes qui ont, pour leur grande majorité, bricolé un dispositif analytique « à distance » en recourant à l’usage du téléphone ou d’outils vidéo. S’y remettre n’allait pas de soi car la résistance, processus bien connu, à l’œuvre à chaque retour de vacances, voire de week-end, était elle aussi inédite, éclectique, et de large ampleur. Patient et analyste se sont retrouvés pris dans les mêmes conditions de suspension et de reprise, de confinement et de déconfinement, de résistance et de mouvement.

La subtilité de la remise en marche des cures, la nécessaire attention à leur singularité et spécificité selon chaque patient, associés à une forme de fatigue psychique inédite, sont des vécus partagés par nombre de collègues. Il semble aussi que nous ayons réussi à réinstaller nos cabinets, pas seulement en y insérant des protections sur nos divans, mais en réinstallant les conditions du travail psychique. Pas tout à fait comme avant cependant, quelque chose est changé, sans que l’on sache vraiment ce qui est modifié. Un je-ne-sais-quoi, infinitésimal et fondamental, qui concerne avant tout le psychanalyste, la psychanalyse, parce que l’histoire collective est modifiée en même temps que l’histoire individuelle de chaque analyste comme de chaque analysant.

C’est ce que nous découvrirons au fil du temps. Après les vacances !

Unpsydanslaville

Le sens de la parole

Dans l’espace public et médiatique, particulièrement ces derniers mois, nous avons entendu des paroles contradictoires, des propos parfois excessifs, parfois mensongers, souvent émotifs, inconséquents et non réfléchis qui prennent le pas sur les paroles mesurées, les propos argumentés et explicatifs. On entend très fort ce qui fait du bruit, et pas forcément du sens. Ce qui se chuchote, se murmure ou se glisse dans les silences et les non-dits de la parole, devient particulièrement inaudible.

Nous avions écrit dans ce blog, il y a exactement deux ans, notre inquiétude que « l’espace public se vide d’une parole pleine adossée à une réflexion et une pensée » . Or, si on n’explique pas, si on se dispense de paroles circonstanciées et nuancées, le risque est d’entraîner pour les interlocuteurs incompréhension et anxiété. Comme le soulignait un internaute dans son fil Facebook ces dernières semaines «comprendre c’est déjà désobéir», et maintenir de l’ignorance n’est ni plus ni moins qu’une forme de contrôle.

Parler fait résistance et fait lien, c’est même ce qui fonde notre société.

Lire la suite

Le Féminin

Il semble qu’il y ait un mystère autour de ce que nous nommons « féminin ». Le féminin ne se résout pas à la féminité qui n’en serait que les attributs visibles. Il ne se résout pas non plus au sexe biologique, l’anatomie ne serait pas le destin …

Alors que recouvre ce terme : « féminin » ?

Le féminin n’est-il que le contraire du masculin ? ou sa complémentarité ? et surtout ne saurait-il se satisfaire que d’une définition empreinte de binarité ?

Depuis ses débuts, la psychanalyse a été pensée ainsi. Freud redécouvre dans les débuts du XX° siècle l’immanence de l’érotisme, il démontre et conclut que le développement psycho-affectif des enfants est de nature sexuelle et il utilise pour nommer cette nature sexuelle le terme de libido, (terme latin pouvant être traduit par besoin naturel, envie, appétence). Cependant, si Freud a l’intuition que la libido est de nature identique chez les filles et chez les garçons, il construit néanmoins sa théorie de la différenciation sexuelle sous la marque de la primauté du sexe masculin.

Lire la suite

Pulsion

L’essence de la vie est sensible, nos organismes vivants ont la faculté d’éprouver du plaisir et de la peine, de percevoir des sensations d’origines et de natures diverses, disposition sur laquelle les philosophes s’interrogent depuis des siècles. Mais si l’humain est vivant, tout ce qui est vivant n’est pas systématiquement humain. Quelque chose d’autre vient spécifier l’humain dans le règne du vivant, et ce quelque chose, selon la psychanalyse, pourrait être la pulsion.

Aucune loi scientifique, qu’elle soit biologique, physiologique, ou mathématique ne saura jamais rendre compte de l’intégralité de la vie humaine. A l’instar du cardinal Bellarmin qui, instruisant le procès de Galilée, admet l’héliocentrisme comme hypothèse et non comme vérité, la sagesse est de laisser place à l’immanence et au doute.

Expliquer la pulsion du point de vue de la science « dure » ne modifierait en rien la pertinence du modèle psychanalytique pour comprendre à la fois ce qu’elle est et comment elle agit, car la pulsion a trait à l’essence de l’humain, et aucune science dite dure ne peut prétendre déterminer ou modifier cette nature même de l’humain, à savoir un être qui a conscience de lui-même et qui est doté de la parole.

Mais entrons plus avant dans la description que la psychanalyse fait de la pulsion.

Lire la suite

Estime de Soi

Mais qui est donc ce Soi en demande d’estime ?

S’agissant de s’estimer soi-même, ou d’estimer son soi, l’estime de soi a quelque chose à voir avec l’amour pour sa propre personne, ce que l’on nomme en psychanalyse le narcissisme. Mais voilà, l’estime de soi, vulgarisée à l’excès, perd son ancrage conceptuel.

Le narcissisme est une composante de la nature humaine : c’est une énergie, vitale et sexuelle, la libido. Cette part d’énergie, investie sur la personne même, sur son Moi, est nécessaire à la vie, au même titre que l’autre part de la libido, celle qui va se diriger vers des « objets » extérieurs. Nous sommes bien loin d’un amour, ou d’une estime, conscients, de soi.

Au décours d’une psychanalyse il est tout à fait possible de rencontrer un sujet présentant une hyper estime de soi, qui cache néanmoins un narcissisme pauvre ou appauvri, et donc un conflit intérieur très énergivore. Les évidences ne sont pas toujours à prendre comme des vérités.

Lire la suite

Empathie

L’empathie est dans l’air du temps. Savoir être empathique, faire preuve d’empathie envers autrui : n’est-ce pas là un mot d’ordre de notre siècle ?

L’empathie est-elle autre chose que la sympathie, terme communément utilisé pour désigner la capacité de se mettre à la place de l’autre, de partager les mêmes émotions, les deux notions demeurant très proches ?

L’empathie n’est pas un sentiment mais une disposition sensorielle. C’est une perception qui peut faire éprouver la sensation d’être dans la même atmosphère, la même ambiance que le, ou les, autre(s). Le psychanalyste Ferenczi, disciple de Freud, avait introduit dès 1927 la notion de tact pour désigner cette capacité à « sentir avec ». L’empathie, comme le tact, sont une forme de perception sensorielle, une façon d’être à l’unisson de l’environnement, des circonstances, humaines et non humaines, du monde physique et vivant.

Lire la suite

Vision du monde

La psychanalyse prétend-elle avoir une vision du monde ?

Freud s’exprime sur le sujet dans un texte de 1932 intitulé « Sur une Weltanschauung », terme allemand décrété intraduisible, mais qui approche la notion de vision du monde. Voilà ce que Freud en dit : « Je pense donc qu’une Weltanschauung est une construction intellectuelle qui résout, de façon homogène, tous les problèmes de notre existence à partir d’une hypothèse qui commande le tout, où, par conséquent aucun problème ne reste ouvert, et où tout ce à quoi nous nous intéressons trouve sa place déterminée »[1].

Lire la suite

La vie ne veut pas guérir

Pour vivre, il faut pouvoir supporter un certain déséquilibre qui est inhérent à notre nature humaine.

Réjouissons-nous ! Nous pouvons espérer un malheur ordinaire en lieu et place d’un malheur plus handicapant. C’est le sens de cette citation de Lacan : « la vie ne veut pas guérir »[1]

C'est la vie !
C’est la vie !

Cessons de rêver à un état de zénitude absolu que rien ne viendrait briser. Aucune thérapie classique ou alternative n’est en mesure de vaincre (et c’est heureux) la cause même de notre malheur ordinaire. C’est ce qui fait le sel de la vie humaine et aussi le poivre !

Notre vie sur terre ne peut être un nirvâna car nous sommes dotés d’une conscience, d’un langage et d’un inconscient, fruit de leur articulation.

Lire la suite

« Faire avec »

Un évènement traumatique, quel que soit le moment de la vie où il se produit s’inscrit comme marque indélébile dans le corps et le psychisme de celui qu’il atteint. Même oublié, même lorsque le souvenir n’est pas présent à la conscience de l’intéressé, sa trace demeure malgré tout, l’événement traumatique continue d’agir dans le silence, et comme dans un éternel présent.

Fleurs – ©MPSD

Ainsi, comme nous l’écrivions dans notre précédent article, le temps psychique n’a que faire de la prescription : l’effacement du délit est impossible, ce qui a été vécu ne peut être annulé.

La trace du traumatisme peut faire de nous une victime à vie, position insupportable du point de vue de la vitalité. Rester cantonné dans ce statut comporte le risque de rester dans une position amoindrie et de ne pouvoir déployer toute l’énergie nécessaire à la vie. Car l’énergie va rester focalisée sur une volonté de maintenir dans l’oubli, d’éviter la réminiscence de la douleur vécue lors de l’événement en question.

Lire la suite