Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

psychisme



Depuis la fin du 19ème siècle, la connaissance du fonctionnement de la psyché humaine s’est considérablement enrichie. A la suite de la psychanalyse, la psychologie, la psychologie cognitiviste, la neuro psychologie, les neuro sciences sont des domaines de recherche qui tentent de comprendre comment notre psyché. Malgré toutes ces connaissances nouvelles, importantes, fondamentales, une chose demeure indispensable : l’intuition. Quelque chose de notre psyché résiste et résistera sans doute toujours à une compréhension scientifique. Ne nous méprenons pas, elle est indispensable mais elle est insuffisante.

Lire la suite

schizo
Pomme, orange, ou les deux ?

Parano, mytho, nympho, j’hallucine …. le langage courant pioche dans le vocabulaire de la psychiatrie pour illustrer,  plutôt sur le ton de la légèreté, comme avec un sourire, nos petits travers quotidiens et ceux de nos collègues, voisins, cousins. Ces termes sont couramment utilisés pour souligner une tendance, bien éloignée de la maladie mentale et qui ne porte pas à conséquence : celle avec laquelle nous composons, lucides et résolus à admettre que nous portons tous une part de « petite folie ».

Il est cependant un terme qui connait un tout autre destin : celui de schizophrénie. En même temps que le trouble psychiatrique a été médiatisé par quelques faits divers de malades devenus dangereux en phase aigüe de délire, phénomène pourtant si rare, l’association a été vite faite entre schizophrénie et dangerosité.

C’est un comble

Lire la suite

Monsieur le Responsable Commercial,

virtuelophobie
Casque de réalité virtuelle en action

J’ai bien reçu votre courrier m’informant que « les thérapies par exposition à la réalité virtuelle sont enfin accessibles aux professionnels de la santé mentale », courrier par lequel vous m’invitez à m’équiper pour 100 euros HT par mois d’un casque de réalité virtuelle « solution thérapeutique permettant d’exposer graduellement les patients face à leurs phobies, en les immergeant dans des environnements anxiogènes ».

J’ai été à la fois surprise et amusée de recevoir votre proposition qui se situe à l’exact opposé de mon approche thérapeutique.

Je reçois des personnes qui viennent me parler de leur difficulté à vivre. Cette difficulté peut en effet parfois prendre la forme d’une phobie ou d’une angoisse, ou les deux, mais pas toujours. La phobie ou l’angoisse sont en revanche toujours l’expression, la manifestation de cette difficulté, ce par quoi elle émerge.

Or, vous me proposez de répondre à la demande du patient, non pas en l’invitant à parler, mais en lui demandant d’enfiler un casque de réalité virtuelle. Je n’aurai ainsi

Lire la suite

Il y a presque un siècle (en 1926) Freud publiait un petit livre pour défendre la pratique thérapeutique dont il était l’inventeur. A relire aujourd’hui « La question de l’analyse profane » on en mesure toute la fraicheur, la pertinence et l’actualité. Ecrit parce qu’un de ses condisciples se voyait menacé de poursuites pour exercice illégal de la médecine, le livre apparaît comme un argumentaire précis et concis de la psychanalyse. On y revisite l’essentiel des concepts freudiens, petite mise au point efficace pour les néophytes et les autres…

unknownCertes, la psychanalyse est une thérapeutique, mais pour autant doit-elle être mise au même rang que les antidépresseurs et les neuroleptiques, les méthodes de rééducation cognitive, ou les reprogrammations neurologiques ? Car la psychanalyse est bien autre chose qu’un soin, elle a à voir avec la vie, l’existence humaine dans son ensemble, pas seulement celle du corps.

Aussi son exercice peut-il à juste titre être librement accessible, et non réservé à l’usage des seuls médecins, comme le revendiquaient certains gardiens de l’ordre établi.

Mais la psychanalyse garde-t-elle aujourd’hui de son impertinence, ou bien s’est-elle rangée des voitures, ravalée au rang d’un simple acte de soin psychologique ?

Lire la suite