Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

Le sens de la parole

Dans l’espace public et médiatique, particulièrement ces derniers mois, nous avons entendu des paroles contradictoires, des propos parfois excessifs, parfois mensongers, souvent émotifs, inconséquents et non réfléchis qui prennent le pas sur les paroles mesurées, les propos argumentés et explicatifs. On entend très fort ce qui fait du bruit, et pas forcément du sens. Ce qui se chuchote, se murmure ou se glisse dans les silences et les non-dits de la parole, devient particulièrement inaudible.

Nous avions écrit dans ce blog, il y a exactement deux ans, notre inquiétude que « l’espace public se vide d’une parole pleine adossée à une réflexion et une pensée » . Or, si on n’explique pas, si on se dispense de paroles circonstanciées et nuancées, le risque est d’entraîner pour les interlocuteurs incompréhension et anxiété. Comme le soulignait un internaute dans son fil Facebook ces dernières semaines «comprendre c’est déjà désobéir», et maintenir de l’ignorance n’est ni plus ni moins qu’une forme de contrôle.

Parler fait résistance et fait lien, c’est même ce qui fonde notre société. Parler aujourd’hui de «distanciation sociale» engendre un risque, celui de la défiance et du délitement des liens, et ce d’autant plus que la formule nous semble inadéquate. En effet, le geste barrière, qui prévient la contagiosité et la transmission potentielle d’un virus, est celui de la distance physique : se mettre un peu plus loin qu’habituellement, éviter de se toucher, éviter la diffusion des postillons, tout cela est concret. En revanche prendre de la distance sociale pourrait être entendu comme éviter le lien, éviter la parole, éviter la relation.

Nous sommes des animaux sociaux. L’éthologie a montré que le besoin d’attachement, c’est-à-dire le regroupement des individus d’une même espèce, et en particulier la protection des petits par les adultes du groupe, est un instinct. Ces données de l’éthologie ont été également observées pour les sociétés humaines, c’est ce qu’ont démontré des psychanalystes comme John Bowlby : le besoin d’attachement fait partie de notre équipement génétique. Par la suite D.W. Winnicott a pu s’inspirer des travaux de son compatriote John Bowlby pour élaborer son concept de « protection maternelle primaire ». Un bébé humain vient au monde dans un environnement social : sans le soutien –holding– des adultes, tant physique que psychique, il meurt.

Nous ne pouvons pas, nous, humains, ne pas être sociaux. Nous priver de la socialité va à l’encontre des caractéristiques de notre espèce et à l’encontre d’un de nos besoins constitutifs.

A cet égard le confinement est un choc, une rupture anthropologique. Le retour à la parole semble plus que jamais nécessaire, car reconstruire les liens malmenés et fragilisés est primordial. Psychanalystes, nous sommes là pour entendre encore, entendre en vrai, de bouche à oreille, sans le filtre d’un téléphone ou d’un ordinateur. Pour que la parole vivante, constitutive du tissu social, retrouve ses pleins droits et ses lettres de noblesse et s’élève à l’encontre du discrédit que les discours contradictoires, anxiogènes, risquent de jeter sur elle.

Marie-pierre Sicard Devillard

liens, parole, psychanalyse

Comments (3)

  • Martine Carpentier

    Bravo et merci pour vos petits billets toujours bien appréciés.
    La « distanciation sociale » … Il fallait bien trouver un mot, une expression pour nommer cette particularité de rester à un mètre ou deux de ceux que nous avions l’habitude de croiser, voire de coller. Personne n’a compris qu’il ne fallait plus parler. Au contraire, les artistes ou les anciens en EPHAD nous ont montré combien il était important de créer du nouveau avec ce que les autorités sanitaires nous obligeaient à traverser. Par contre, nous avons dû nous replier sur nous, voire sur soi. Et maintenant que nous avons pris goût au retour sur soi avec la création de nouveaux points de repères et l’oubli des anciens points de repère, il est plus difficile de sortir de sa coquille que d’y rentrer. Seuls ceux qui sont poussés par l’étouffement ou par la nécessité de gagner leur vie à nouveau trouvent les moyens, les ressources pour se déconfiner. Les autres nous suivrons sans doute à l’exception de quelques ermites.

  • Le confinement n’a-t-il pas au contraire libéré la parole? Les paroles familiales et amicales à partir de échanges Whattsapp et autres zoom, skype, etc. La parole des artistes comme Wadji Mouawad, des membres du Collège de France, des signataires des tracts Gallimard ou des lettres rassemblées par Augustin Trapenard sur France Inter… Et plein d’autres. Paroles qui sonnaient justes. Et aussi des paroles de colère qui expriment souvent une souffrance….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *