Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

L’inquiétant familier

L’histoire de Bradley Manning, militaire au sein de L’US Army qui divulgua au monde entier des documents prouvant des exactions de l’armée américaine lors de la guerre en Irak, est troublante.
Arrêté, emprisonné, Bradley Manning demande à changer d’identité sexuelle lors de sa détention. Il se heurte à un refus.

Heather Dewey-Hagborg – Chelsea Manning

C’est à la suite de deux tentatives de suicides que sa demande sera finalement acceptée par l’armée. Il devient alors, conformément à sa perception, Chelsea Manning.

La transformation est spectaculaire. Après avoir fait plusieurs années de prison avant d’être graciée par le Président Obama, Chelsea Manning est libre aujourd’hui et briguerait un poste de sénatrice aux prochaines élections américaines.
L’œuvre de l’ artiste américaine Heather Dewey-Hagborg qui reproduit une trentaine de visages possibles de Chelsea Manning produit un sentiment d’inquiétante étrangeté. Cette artiste souhaite alerter sur les failles de la reconstitution d’images provenant d’ADN.
Mais là ne réside pas le sentiment d’inquiétante étrangeté : c’est dans la répétition du même qui n’est pourtant pas semblable que se loge ce sentiment. A la fois familiers et distincts, les visages sont reproduits. Ils concourent à un vacillement qui renvoie d’une certaine façon au vacillement identitaire de son sujet : Chelsea Manning.

L’inquiétant familier que Freud a théorisé dans un article du même nom en 1915 renvoie à ce trouble passager que l’on peut ressentir en ne se reconnaissant pas dans un miroir. Ce trouble ne dure que quelques instants mais laisse une empreinte durable tant la sensation est désagréable.
Imaginons alors que Bradley Manning ait ressenti ce trouble de manière permanente depuis son plus jeune âge comme il l’a affirmé.
Comment vivre lorsque l’image que vous renvoie le miroir est sans lien avec ce que vous ressentez de vous-même ?
La science moderne sait pratiquer des interventions de conversion sexuelle. Pour les personnes qui souffrent de ce trouble de l’identité sexuelle, la science est un recours qui permet une concordance entre la perception qu’elles ont d’elles-mêmes et la réalité physique du sexe.
Mais encore plus énigmatique, la modification de l’identité peut s’effectuer sans aucune intervention sur le corps : la perception de son appartenance à un sexe n’est pas de l’ordre du corps, du biologique.
La loi de 2016 a introduit dans le code pénal un article qui autorise le changement d’état civil à partir de ce que les juristes nomment la possession d’état. Il suffit pour cela d’apporter la preuve que l’on possède l’identité sexuelle que l’on revendique sans pour cela passer par une opération chirurgicale. La preuve est apportée si l’on est connu et reconnu par son entourage comme appartenant à l’identité revendiquée.
Troublante avancée du droit… qui acte que l’identité sexuelle est une identité de genre sans lien avec le corps.. inquiétant familier, inquiétante étrangeté..du même qui n’est pas semblable.

Béatrice Dulck

Mots clés :

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *