Un Psy dans la ville
Unpsydanslaville

Le « mariage scientifique »

Une des dernières trouvailles de la télé-réalité est de faire appel aux sciences humaines pour valider le choix amoureux. Il s’agit de marier des personnes qui ne se connaissent pas : leur rencontre n’aura lieu que le jour du mariage ! UnknownLes présentateurs de l’émission nous assurent de l’heureux résultat de ces mariages et de l’infaillibilité du procédé : en effet la sélection des futurs époux se fera de façon « scientifique ».

Soit, d’une part, une centaine de jeunes gens, hommes et femmes, tentés par les sirènes scintillantes d’une chaine commerciale qui leur promettent de rencontrer « scientifiquement » l’âme sœur ; d’autre part trois « scientifiques » (psychologue, sexologue, sociologue) qui vont déterminer les affinités électives entre quelques heureux élus.

Après avoir fait passer au contingent de jeunes célibataires une batterie de mystérieux tests, en prenant soin de séparer garçons et filles, nos trois « logues » sélectionnent une poignée de couples potentiellement compatibles. On nous expliquent que Julie et Benoit sont compatibles à 87%, Marie et Adrien à 82%, etc… et qu’au vu de ces chiffres spectaculaires et scientifiquement obtenus, les heureux élus ne peuvent que s’aimer dès le premier regard, se marier et être heureux pour la vie.

S’ensuivent les préparatifs des mariages, dans lequel non seulement les futurs époux ne se connaissent pas mais où il s’agit de convaincre les proches de participer à l’aventure : qui dit mariage, dit noce, fête, réunion de famille. Le scénario de l’émission passe très rapidement sur les doutes, les remises en questions qui ne manquent pas d’apparaître : le refus de parents de participer ou les sélectionnés qui manquent à l’appel.

Au bout du compte la chaine de télévision essuie le NON d’une jeune femme devant le maire mais réussit néanmoins à marier deux couples.

Cette version navrante du conte de fée, ou du mariage forcé revisité, nous plonge dans des abîmes d’incrédulité. Comment une telle imposture est-elle possible ? Les trois « logues » qui ont donné leur caution à l’émission ne s’embarrassent pas de la violence du procédé. Sous couvert d’avoir recours à la science pour expliquer les comportements et attitudes qui risquent de mettre à mal l’expérience, ils n’accordent de place à l’angoisse, à l’inquiétude, ou aux affects que d’une façon rationnelle et moralisante. Et quand le jeune marié arrive chez son épouse pour partager « l’épreuve » du quotidien, son malaise est palpable malgré la caméra et les ruses du montage audio-visuel. Rien ne peut cacher l’angoisse qui l’étreint et lui fait prendre la fuite au plus vite.

Les « logues » n’avaient pas prévu ce scénario et ne peuvent expliquer scientifiquement cette bouffée d’angoisse aux téléspectateurs supposés peu savants en matière de sciences humaines.

Nous, nous sommes rassurés, ce jeune homme a une bien saine réaction : à l’épreuve du réel, et des sentiments et émotions qu’il génère, le corps réagit et sa réaction est sans appel.

La rencontre amoureuse entre un homme et une femme est une affaire sensorielle, ce sont d’abord les corps qui y sont convoqués : l’épreuve du réel que constitue la présence physique de l’autre transforme bien souvent en déception toute la construction imaginaire échafaudée durant les préparatifs virtuels de cette rencontre. L’alchimie sensorielle qui se crée entre deux êtres relève de l’imprévisible, et le mystère de l’amour reste entier.

Nos scientifiques télégéniques en ont fait une nouvelle fois la preuve, malgré eux : leurs tentatives de mariage par sélection « scientifique » d’affinités ont fait flop. Et c’est tant mieux!

Marie-pierre Sicard Devillard

Mots clés : ,

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *